L’Art de la Fugue

Dimanche 4 novembre 2018, 17h
Porrentruy, Église des Jésuites

Jean-Luc Ho, orgue

25 CHF/ tarif réduit / moins de 16 ans, gratuit

* à 16h, avant-concert : le public est invité à profiter de quelques explications et clés d’écoute de l’œuvre.

 

 

Considéré comme l’un des sommets de l’Art occidental, toutes disciplines confondues, l’Art de la fugue de Bach ne cesse de mobiliser les esprits, de questionner, de surprendre, de projeter au-delà de l’imaginable… L’œuvre est intense, profonde, aussi bouleversante que complexe, inachevée… Mais avant tout et surtout, l’Art de la fugue est à l’apogée de l’histoire d’un très grand homme. L’orgue Ahrend de Porrentruy sert idéalement ce sommet de la musique.

 

Œuvre ultime de Bach

Vers la fin de sa vie,  Bach semble de plus en plus isolé musicalement de ses contemporains, parmi lesquels se trouvent ses propres fils. Ils se tournent vers une nouvelle forme d’expression musicale, le style galant, qui débouchera plus tard sur Mozart et sur le classicisme. Probablement en réaction à ce mouvement, le « vieux Bach », presque aveugle,  publie une série d’œuvres testamentaires, parmi lesquelles figure l’Art de la Fugue.   Considérée comme l’œuvre ultime de Bach, L’Art de la fugue représente l’apogée de son écriture et l’une des plus grandes prouesses de la musique occidentale. La dernière fugue est inachevée, et porte l’inscription du fils Carl Philip : « Inachevée pour cause de décès de l’auteur ».  L’œuvre, considérée comme un modèle absolu de perfection a inspiré ou émerveillé bon nombre de compositeurs parmi lesquels Mozart ou Beethoven.  Elle n’est pourtant pas un exercice intellectuel, mais destinée à être pratiquée. L’orgue la sert idéalement, et lui rend son  intensité et  sa profondeur bouleversante.  Si le recueil n’a pas eu de succès lors de sa publication après la mort de Bach, l’Art de la Fugue a gagné en notoriété au fil du temps, au point d’être reconnue comme l’une des plus grandes merveilles de l’art occidental et de faire salle comble de nos jours dans les grandes capitales.

 

Jean-Luc HO, un musicien au profil rayonnant, attaché à l’orgue Ahrend

Jean-luc HO mène une activité de concertiste intense. Il est, entre autres, artiste résident à la prestigieuse Fondation Royaumont, en région parisienne. Ses publications  discographiques sont régulièrement couronnées par la critique, ce qui en fait l’un des artistes les plus demandés de nos jours Son enthousiasme et le contact chaleureux qu’il établit avec le public en font un musicien très attachant. Au-delà de  ces qualités humaines, Jean-Luc Ho  est en  constante recherche de compréhension des œuvres. Le message musical qui en découle est pensé, structuré, bâti et très inspiré. Jean-Luc Ho recherche aussi et surtout l’adéquation parfaite entre les œuvres et l’instrument. C’est ainsi qu’il est tombé sous le charme de l’orgue Ahrend et qu’il y a entamé son travail de fond sur  l’Art de la Fugue il y a un an, avant d’entamer une tournée qui se termine, pour 2018, à Porrentruy !