Dans le cadre de l’inauguration de le Ligne des Orgues Remarquables

 

Concert à trois orgues et trois organistes

 

Dimanche 15 septembre, 17h
Abbatiale de Bellelay

Benjamin Guélat
Antonio Garcia
Cyril Julien

 

Johann Caspar von Kerll (1627-1693)
Battaglia
Capriccio sopra il Cucu

Giovanni Gabrieli (1557-1612)
Canzon in echo (C 192)

Georg Muffat (1653-1704)
Toccata secunda  (Apparatus Musico-organisticus, 1690)

Paul Hofhaimer (1459-1537):
– Mein einigs A (Amerbach-Tablatur)
– Mein einigs A (Kleber)
– Mein einigs A (Hör)

Johann Sebastian Bach (1685-1750)

Chaconne BWV 1004/5 (original: pour violon seul)

Paul Hofhaimer (1459-1537):

– Ade mit Leid (Amerbach-Tablatur)
– Ade mit Leid (Sicher)
– Ade mit Leid (Kleber)

Paul Haas (1866-1942)

Fantaisie-orage, d’après des fragments de la « Scène champêtre » de Jacques Vogt

 

Les exemples d’églises à plusieurs orgues ne manquent pas dans des églises de ville ou de couvent, à partir du 16ème siècle. La plupart du temps, deux instruments de même taille se font face parfois vers l’avant de l’église ou dans le chœur. On sait que les abbés de Bellelay étaient très attachés à la musique, puisqu’ils possédaient une collection importante d’instruments. Cependant, la présence de trois orgues est plutôt rare. Ceux-ci avaient des fonctions précises et ne jouaient qu’occasionnellement ensemble. L’orgue régale fait face à l’orgue de chœur, tandis que le grand orgue joue son rôle majestueux et remplit la nef. Pourtant, les diverses interactions entre les instruments, rendues possibles grâce à leur emplacement et à l’acoustique, donnent naissance à une multitude d’effets sonores.

Le programme commencera avec une « bataille » de l’allemand Kerll, pièce brillante de l’école d’Espagne, mettant en valeur la victoire des soldats de la « Reconquista ». Elle sera suivie du « Caprice sur le chant du coucou » du même compositeur. On visitera ensuite l’Italie pour entendre une canzone (chanson) en écho de Gabrieli. Le programme nous fera ensuite regagner l’Autriche avec un cycle de chansons de Paul Hofhaimer, grand nom de la Renaissance, qui  fut organiste de la cour de l’empereur Maximilien Ier.  Les interprètes feront aussi entendre une toccata de Muffat, musicien d’Allemagne du sud qui a su synthétiser les écoles italiennes, allemandes et françaises. Après avoir entendu la version pour clavier de la célèbre chaconne pour violon de Bach, le programme se terminera de façon singulière, avec une œuvre du Suisse Paul Haas intitulée « Fantaisie-orage », tableau champêtre brossant l’ambiance sonore de l’orage.

Trois interprètes de renom

Les trois interprètes sont nés dans le Jura historique. Ils sont largement connus, chacun menant une activité intense, partagée entre concerts et enseignement.

Après l’obtention d’un diplôme de mathématicien de l’ETHZ, Benjamin Guélat décide de se vouer entièrement à la musique. Ses études à Bâle chez les professeurs Guy Bovet, Martin Sander et Rudolf Lutz se couronnent par les diplômes d’enseignement, de concert et de soliste, ainsi qu’un master en improvisation. Il a obtenu également à deux reprises le prix Hans-Balmer. Domicilié actuellement à Soleure, il y exerce la fonction d’organiste de la cathédrale.

Après avoir obtenu son master de mathématiques, Cyril Julien a effectué des études professionnelles d’orgue à la Haute Ecole de Musique de Fribourg, dans la classe de Maurizio Croci. Passionné par l’improvisation, il prend des cours chez Jean-Louis Feiertag, Paul Goussot et Zuzana Ferjenčíková. Dès octobre 2018, il commence un master d’improvisation à Fribourg en Brisgau avec David Franke. Il a remporté le premier prix du concours international d’improvisation de Schwäbisch Gmünd en 2019. Il est organiste titulaire de l’église St-Marcel à Delémont.

Antonio García a fait ses premiers pas en musique à l’accordéon. Il s’engage ensuite dans la pratique de l’orgue dans la classe de Bernard Heiniger à Bienne puis au Conservatoire de Lausanne. Il étudiera également à Berlin. En parallèle à l’orgue, il s’applique à poursuivre la pratique de l’accordéon, notamment dans un trio de tango ou en accompagnant les chanteurs « pop » de B-Twin. Antonio García est de retour en Suisse après avoir passé deux ans à Groningen ainsi qu’à Hamburg. Il est l’organiste titulaire de l’église française de Berne et enseigne à la Haute école de musique de cette ville.

 

La Ligne des Orgues Remarquables

La complémentarité exceptionnelle d’une dizaine d’orgues que l’on trouve dans le Jura suisse et sur le Territoire de Belfort, tout au long d’une ligne s’étirant entre Belfort et Bellelay, donne lieu depuis plusieurs années à un rapprochement transfrontalier. Ces instruments sont destinés à servir toute la musique écrite spécifiquement pour ce majestueux instrument à vent entre le début du 16ème siècle et le milieu du 18ème siècle, avec la couleur sonore convenant à chacun des styles qui ont jalonné cette longue période.  Ils font déjà l’objet d’un intérêt marqué, sur le plan international. Aboutie au début 2019, cette Ligne des Orgues Remarquables, unique en Europe, est appelée à devenir le fil rouge d’un tourisme thématique axé sur la découverte de l’orgue, de sa facture et de sa littérature, débordant naturellement sur la découverte des curiosités locales alliant la nature, le patrimoine, la gastronomie…