La pandémie a encore eu raison du concert de dimanche qui est annulé, suite aux nouvelles restrictions cantonales.

Nous espérons que les artistes, le public et la musique pourront de nouveau se retrouver au plus vite.

 

Porrentruy, Église des Jésuites

Dimanche 25 octobre 2020, 17h30

30 CHF / Tarif réduit / – de 16 ans gratuit

 

Olivier Riehl, traverso

Jean-Luc Ho, clavecin

Guillaume Prieur, orgue

 

Ont préparé un magnifique “programme-surprise” à découvrir ci-dessous, en lieu et place du concert initial, reporté au printemps au vu des conditions sanitaires actuelles. Ne vous découragez donc pas !

1) Orgue

 Johann Sebastian BACH (1685-1750)

Praeludium in C, BWV 547

Eustache Du CAURROY  (1549-1609)

« Fantasie Trenteseptiesme , A Cinq »

Heinrich SCHEIDEMANN  (1595-1663)

Confitemini Domino (Kolorierung einer fünfstimmigen Motette von Orlando di Lasso)

– Prima pars, Seconda pars

Eustache Du CAURROY

Fantasies sur « Une Ieune Fillette »

– A Trois,  A Trois, A Quatre, A Quatre, A Cinq

Johann Sebastian BACH

– Praeludium und Fuge in e, BWV 548

 

2) Traverso et clavecin

 

Johann Sebastian BACH 

Sonate en si mineur BWV 1030

  • Andante
  • Largo e dolce
  • Presto

 

Sonate en do majeur BWV 1033

  • Andante – Presto
  • Allegro
  • Adagio
  • Menuet 1 – Menuet 2

 

Sonate en mi mineur 1034

  • Adagio ma non tanto
  • Allegro
  • Andante
  • Allegro

 

 

Sonates pour flûte et clavecin de Bach

Bach a écrit ses sonates pour flûte et clavecin alors qu’il régissait la musique de chambre du Prince Léopold à la cour de Köthen. Pleines de grâce et de légèreté, de raffinement et de virtuosité, ces œuvres sont des sommets du genre et mettent en valeur de multiples façons les qualités expressives de la flûte, ou plutôt du traverso, terme qui désigne la flûte traversière en bois de l’époque. Les sonates sont accompagnées par le clavecin, qui pour certaines d’entre elles joue en rôle concertant, tandis que pour d’autres, il réalise la basse continue.

 

Œuvres pour orgue

Guillaume Prieur fera découvrir l’orgue Ahrend de Porrentruy sous un jour peu connu. Il jouera certes deux grandes pages de Bach, mais aussi de la musique de Eustache du Caurroy, parmi lesquelles les si belles variations sur le thème de « La jeune fillette » ainsi qu’un motet que Scheidemann, organiste à Hambourg,  a transcrit pour orgue à partir d’une œuvre de Orlando de Lassus.

 

Trois artistes affirmés

Jean-luc Ho mène une activité de concertiste intense. Il est artiste résident à la prestigieuse Fondation Royaumont. Ses publications discographiques sont régulièrement couronnées par la critique, ce qui en fait l’un des artistes les plus demandés de nos jours. Son enthousiasme et le contact chaleureux qu’il établit avec le public en font un musicien très attachant. Il accompagnera au clavecin le flûtistes Olivier Riehl. Issu de la Haute école de musique de Genève, Olivier Riehl se produit sur la scène internationale. Il a créé son ensemble, Le Petit Trianon et se passionne pour la redécouverte du répertoire baroque et des instruments d’époque.  

Né à Poitiers, c’est dans cette ville que Guillaume Prieur a réalisé sa formation musicale qui a débouché sur un master et une licence en musicologie. Â côté de son activité de concertiste, il aime partager son art, et enseigne l’orgue aux conservatoires de Mâcon et de Chalon sur Saône. Et surtout, Guillaume Prieur est titulaire de l’orgue Ahrend de la cathédrale de Lyon, instrument dont l’histoire n’est pas étrangère à celle de l’orgue des Jésuites !

 

 

Reporté au printemps

Bach, l’Offrande musicale

Ensemble Le Petit Trianon

Olivier Riehl, traverso

Amandine Solano, violon

Cyril Poulet, violoncelle

Sarah van Oudenhove, ténor de viole & violone

Jean-Luc Ho, pianoforte* et clavecin

Guillaume Prieur, orgue

*Pianoforte d’après Gottfried Silbermann (1746) fait par Kerstin Schwarz. L’Ensemble Le Petit Trianon, qui a déjà interprété L’Offrande musicale de Jean-Sébastien Bach pour le festival de Royaumont et France Musique, jouera ce monument de l’écriture contrapuntique à Porrentruy. Nous sommes en mai 1747. Bach décide de rendre visite à son fils Carl Philipp Emanuel à la cour de Frédéric II de Prusse à Potsdam. Bach demande au Roi de lui suggérer un thème à la flûte, sur lequel il se propose d’improviser une série de contrepoints (des pièces à plusieurs voix entremêlées selon des règles extrêmement strictes comme la fugue, le canon ou le ricercare) auxquels s’ajoute une sonate en trio.