Splendeurs de la polyphonie à cinq voix de Johann Hermann Schein,
En collaboration avec la radio suisse romande (RTS-Espace 2)

 

Collégiale de St-Ursanne

Dimanche 3 mars 2024, 17h

 

40/30/20 CHF (Euros acceptés)
Moins de 16 ans: gratuit
AVS: 5 CHF de rabais
AI, étudiants et apprentis: moitié prix
Carte Culture: moitié prix
Ouverture des caisses 60 minutes avant l’heure des concerts

Réserver en ligne ici

 

 

Ensemble baroque Eloquence

Perrine Devillers, cantus

Saskia Salembier, cantus

Robert Getchell, altus

Olivier Coiffet, tenor

Geoffroy Buffière, bassus

Rémi Cassaigne, théorbe

Antoine Touche, violoncelle

Michaël Chanu, basse de viole

Gabriel Wolfer, orgue

 

 

 

??????????

L’Ensemble Eloquence promet de belles émotions dimanche 3 mars à 17h à la collégiale de St-Ursanne à l’écoute des « Fontaines d’Israël » de Johann Hermann Schein, un recueil très expressif publié sous ce titre en 1623. Il sera mis en valeur par une équipe de chanteurs et d’instrumentistes spécialisés. Le concert sera diffusé par la radio suisse romande Espace 2.

 

Schein et l’Italie

Schein fut l’un des plus illustres prédécesseurs de Bach à Leipzig. Longtemps demeurée dans l’ombre, son œuvre constitue l’un des monuments importants de la musique allemande du début de l’ère baroque. Son célèbre recueil des « Fontaines d’Israël » se présente comme une suite de vingt-six pièces à cinq voix solistes et basse continue. Schein recourt au madrigal profane italien qui comporte les nouvelles tendances. En effet, à l’époque, l’Italie était un véritable laboratoire d’expérience en matière d’expression des émotions dictées par le texte. Ceci se manifeste par des contrastes rythmiques extrêmes, des enchaînements d’harmonies bouleversants, et parfois même des “dissonances” strictement défendues jusqu’alors. Aux côtés de  Schütz, Schein est l’un des premiers musiciens allemands à adhérer à ces nouveautés et n’hésite pas à transplanter les émotions à l’italienne sur des textes bibliques. * Il est important de relever que les textes mis en musique engagent des valeurs qui sont à l’opposé de ce qui se passe actuellement en Palestine.

 

Cinq solistes et les instruments du continuo

La distribution pour ce programme nécessite la présence de cinq solistes très expérimentés. Emmenée par Olivier Coiffet, si connu et si apprécié des mélomanes de la région, l’équipe vocale sera accompagnée par un riche continuo, composé du violoncelle, de la viole de gambe, de la basse de viole, de l’orgue et du théorbe, sorte de grand luth. L’Ensemble Éloquence a joué la première moitié du recueil des « Fontaines d’Israël », en 2018. Les madrigaux vocaux,  seront entrecoupés par quelques pièces instrumentales au style apparenté, en écho et en dialogue.

Ensemble baroque jurassien, L’Ensemble Éloquence a été créé par Gabriel Wolfer à partir de 2004. Il s’est fait remarqué à de multiples reprises dans la région, par exemple lors des fameuses Vêpres de Monteverdi à Bellelay. Il  a également collaboré plusieurs fois avec la radio suisse romande. Son répertoire de prédilection est constitué des pages des 17ème et 18ème siècles de l’Europe des Goûts Réunis. Les musiciens prennent le temps nécessaire à la connaissance des œuvres et apportent un soin particulier à la conception des programmes. Ils sont sensibles au résultat qui peut émerger d’un travail en adéquation avec le lieu. Ils sont convaincus de l’apport inestimable du  grand orgue dans le continuo, par son soutien et sa couleur sonore. L’Ensemble Éloquence est à géométrie variable et adapte sa distribution aux œuvres choisies.